Uncategorized

Quelles solutions en termes de management pour nos entreprises en période de confinement ?

Avec près de 10% de taux de chômage annoncés par l’INSEE, l’incertitude persiste à la fois sur le futur de notre économie ainsi que sur cette révolution que connaît le monde du travail.

Jeudi 29 octobre 2020, le président de la république annonce le re-confinement du pays. Un peu moins de six mois après la fin d’un premier confinement. L’activité du pays tourne au ralenti, la récession est amorcée avec une perte de 11% du PIB selon la prévision du gouvernement au 4 novembre 2020. Une première depuis la fin de la seconde guerre mondiale.

Avec près de 10% de taux de chômage annoncés par l’INSEE, l’incertitude persiste à la fois sur le futur de notre économie ainsi que sur cette révolution que connaît le monde du travail. A l’heure du télétravail généralisé, le management à distance apparait comme l’un des facteurs clés du succès permettant de lutter contre l’instabilité économique engendrée par la crise du COVID-19. Mais quelles sont les conséquences pour nos entreprises ? 

La situation actuelle imposée par le gouvernement avec la mise en place d’un travail à distance généralisé a connu un réel essor. Bien que lors du premier confinement, cela n’a pas été facile, les entreprises ont réalisé d’énormes efforts afin de permettre l’accès à des informations sensibles et sécurisées à leurs employés. Pour cela, elles ont débloqué les accès à distance permettant d’assurer la pérennité de leurs activités et ce, de manière entièrement sécurisée. En outre, l’implémentation du RGPD au sein de nos structures a permis de faire évoluer les outils des systèmes d’informations en respect de ce règlement. 

La mise en place d’un management à distance va également être un atout pour sortir de cette crise. Mais cela implique d’avoir des moyens et des outils afin d’assurer une continuité d’activité. Un des éléments fort de cette réussite est l’utilisation accrue des moyens digitaux. Les réunions se font de façon virtuelle, soit par l’utilisation d’un Skype entreprise, ou d’application comme “Hangout” et “Starleaf” afin de réunir virtuellement un nombre important de collaborateurs tout en leurs permettant de partager leurs documents et présentations. De plus, le recours à des outils de management collaboratifs, parmi lesquels “Miro”, offre la possibilité de travailler en commun sur des documents dont l’accès est régi par des habilitations. Ainsi s’organisent nos sociétés de manière “agile” pour faire face à la situation. 

Les intranets des entreprises, outils de communication interne, sont en constante évolution et permettent aux salariés de suivre à distance un panel de formations en rapport avec leur travail. Le souhait des salariés quant à l’obtention d’une plus grande souplesse et autonomie dans leur travail permet de gagner en productivité ainsi qu’en efficacité.

Par ailleurs, des plans de continuité d’activité sont également mis en place par certaines entreprises afin de permettre le suivi de la production de chaque collaborateur et de l’atteinte de leurs objectifs. Au-delà du suivi des projets et des Key Performance Indicator (KPI), ces démarches permettent d’adapter la charge de travail de chacun et respecter les délais annoncés. Des kits de bonnes pratiques relatifs au travail à distance apportent une sensibilisation des collaborateurs sur la manière de travailler de chez eux tout en respectant un équilibre vie privée / vie professionnelle. Cette notion est d’une importance cruciale du fait de la confusion de ces environnements durant cette période. 

A l’heure où une grande majorité des entreprises n’a pas d’autres choix que de recourir au chômage partiel, on peut se demander si cette évolution dans la manière de travailler et des pratiques pourrait s’implanter durablement. Favoriser la création de richesses au travers de la souplesse et de la responsabilisation des ressources fait ses preuves. D’ailleurs, les premiers sondages réalisés auprès des entreprises ayant déployé le télétravail, attestent qu’une bonne partie des télétravailleurs souhaitent continuer leur activité à distance. Un indicateur qui doit sans doute jouer en faveur des entreprises qui cherchent à limiter leurs dépenses en évitant les coupes budgétaires. En outre, les entreprises pourraient opter pour une généralisation plus durable du travail à distance afin de palier l’investissement immobilier qui représente une forte partie de leurs charges fixes. 

Dans une récente parution de Challenge du 27 Août 2020 “changer de vie avec le télétravail”, le patron de la société générale, Frédéric Oudéa, a annoncé à la fois le succès du travail à distance mais aussi de l’élargir en proposant un voir deux jours de télétravail supplémentaire. Avec l’incertitude d’un va et vient régulier de l’épidémie, le monde tente de s’adapter et de se projeter, d’imaginer les dessins d’un avenir proche et de comment en faire partie. Demain, sera-t-il toujours nécessaire de nous rendre sur notre lieu de travail pour produire ? Doit-on aussi y voir ici l’esquisse d’un nouveau type de management plus durable une fois la crise terminée ?