Veille Socio Economique

Faguo récolte les fruits de ses efforts

La plupart des créateurs d’entreprise préparent un business plan avant de lancer leur projet. Frédéric Mugnier et Nicolas Rohr ont, eux, établi un bilan carbone prévisionnel. En réfléchissant au lancement de la marque de chaussures écoresponsables Faguo, ils veulent suivre une démarche qui se veut respectueuse de l’environnement. Mais en 2009, ils font figure de précurseurs. ” Nous étions un peu les seuls au monde, confirme en riant Frédéric Mugnier. Il y avait dans notre démarche une certaine innocence, celle de croire qu’on pouvait faire les choses parfaitement. C’est pour cela que nous nous sommes penchés sur ce bilan carbone prévisionnel, avant même que l’entreprise ne soit créée.

De cette analyse, émergent plusieurs pistes pour réduire les émissions de CO2. Cela fait maintenant douze ans que Faguo s’évertue à les suivre. La plus emblématique ? Planter un arbre en France pour chaque produit vendu. Plus de deux millions de spécimen ont ainsi été plantés depuis la naissance de l’entreprise. L’objectif est de compenser les points que Faguo ne peut pas éliminer en émissions de CO2, à commencer par la production des matières premières. ” Cela reste notre premier poste de dépenses carbone, commente le cofondateur. Toutefois, nous avons fourni de gros efforts et 80% de nos articles sont issus de matières recyclées. Pourtant cela correspond encore à 68 % de notre bilan carbone 2020…

Sourcing

Pour travailler ce point épineux, dès le départ, les fondateurs font le tour des fournisseurs pour les inciter à revoir leur sourcing de matières premières. Peu adhèrent à la démarche. ” Ils n’étaient pas vraiment réceptifs, convient Frédéric Mugnier. Mais depuis cinq ans, nous voyons bien que quelque chose a complètement changé et ces mêmes fournisseurs nous remercient de les avoir mis sur la piste, car cela les a amenés à identifier des matières premières qui servent à d’autres clients. ” Une sorte de cercle vertueux, donc, pour amener toutes les parties prenantes à évoluer dans le bon sens. Et cette matière première, Faguo la trouve en Asie, au Vietnam notamment.

Le choix d’un continent aussi lointain ne risque-t-il pas de surprendre quand on veille scrupuleusement à ses émissions de CO2 ? Frédéric Mugnier le justifie par le temps d’avance des ateliers sur place. ” Que ce soit sur la matière recyclée ou sur la manière de la confectionner, l’Asie s’améliore vite avec une vraie volonté d’aller de l’avant, assure-t-il. Notre interrogation, ce n’est pas vraiment le lieu où nous produisons mais comment nous le produisons. De plus, les émissions de carbone liées au transport sont très faibles par rapport à celles générées par les matières premières. Un matériau recyclé émettra entre 40 et 99 % de moins qu’un matériau vierge, c’est pourquoi nous privilégions vraiment leur utilisation.

Chantiers

Parmi les autres axes d’amélioration : l’énergie. Le siège social (basé à Nantes) et toutes les boutiques Faguo (une trentaine à ce jour) sont sur Enercoop, une coopérative d’électricité verte. Faguo incite également ses 300 revendeurs multimarques à choisir ce prestataire.

Par ailleurs, la marque a mis en place des bornes de recyclage dans tous ses points de vente, des ateliers de réparation pour allonger la durée de vie des produits et, depuis un an, l’ensemble du réseau de distribution Faguo inclue des corners seconde main. Ateliers de réparation, occasion et textiles collectés ont ainsi permis d’éviter 14 tonnes de CO2 lors du dernier bilan carbone.

Un bilan carbone n’est pas une fin en soi, mais l’image d’une action, souligne Frédéric Mugnier. Il permet de se dire que nous avons un champ des possibles pour progresser dans un certain nombre de domaines, plus ou moins faciles que ce soit dans la mise en place ou économiquement…

Les efforts paient à tous points de vue. En 2020, l’entreprise réalise un chiffre d’affaires de 12,5 millions d’euros. C’est certes moins que les 14,5 millions envisagés, mais la tendance est en progression : + 7 % par rapport à 2019. Et Faguo en est à son quatrième bilan carbone. ” Nous avions un objectif de réduction de quatre kilogrammes, mais nous nous rendons compte que, même dans les produits confectionnés à partir de matériaux recyclés, les matières premières restent à l’origine de la majorité de nos émissions de CO2. C’est vraiment préoccupant : il faut trouver des pistes, des matériaux encore plus vertueux. La laine par exemple reste très émettrice. Comment la remplacer dans le futur ? Ce sont des chantiers que nous avons commencé à ouvrir. ” Lancée sur la chaussure, l’entreprise s’est diversifiée, avec la bagagerie et l’accessoire, puis avec le textile qui représente aujourd’hui près de 50 % de son activité.

Transparence

Tous ces engagements, l’entreprise les formalise également en adoptant le statut d’entreprise à mission en janvier 2020. ” La loi Pacte a permis à des entreprises comme la nôtre de bénéficier d’un audit de leurs actions pour mieux les certifier “, apprécie Frédéric Mugnier. Comment poursuivre les efforts ? ” En éduquant les clients B to B et B to C, à travers justement des initiatives comme la réparation ou le seconde main “, répond-il. L’accent est donc mis sur la sensibilisation, en accord avec la mission et la raison d’être de Faguo : ” engager notre génération contre le dérèglement climatique “. ” Et l’aider à prendre conscience que la consommation doit être plus raisonnée qu’auparavant “, glisse Frédéric Mugnier.

De son côté, l’entreprise accentue sa démarche en ” descendant ” dans sa division de produits pour indiquer exactement l’intensité carbone d’un t-shirt ou d’une veste. Pour cela, Faguo appose un QR code sur chaque article qui renvoie, par souci de transparence, à son impact écologique. Mais celui-ci n’est plus la seule préoccupation de la PME. Sa labellisation B-Corp, obtenue en début d’année, témoigne d’un élargissement de sa mission, par l’accompagnement des ateliers de production ou la mise en place d’un accord de participation, sur la base du volontariat. Pour renforcer son discours, Faguo prévoit d’ailleurs de s’étendre : trente boutiques supplémentaires sont prévues d’ici trois ans. Elle espère aussi ouvrir ses premiers points de vente en propre à l’étranger, à commencer par la Belgique, l’Allemagne et la Suisse.

Faguo

Chaussures et prêt-à-porter
Nantes (Loire-Atlantique)
Nicolas Rohr, président, 35 ans ; Frédéric Mugnier, directeur général, 35 ans
SAS > Création en 2009
70 collaborateurs
CA 2020 : 12,5 M€

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

S’abonner à La Newsletter